​TÊTE ASSYRIENNE CRÉÉE POUR LE SPECTACLE DATA MOSSOUL

Du 18 septembre au 12 octobre au théâtre nationale de la Colline, Paris

27 et 28 mars 2020 au Lieu Unique, Nantes

Tête assyrienne en plâtre, modelée, et moulée, 25x25x50 cm

Équipe artistique :

texte et mise en scène Joséphine Serre

avec Guillaume Compiano, Camille Durand‑Tovar, Elsa Granat, Estelle Meyer, Édith Proust, Aurélien Rondeau, Joséphine Serre 

collaboration à la mise en scène Pauline Ribat

mise en scène de l’image et création vidéo Véronique Caye

son Frédéric Minière

scénographie Anne-Sophie Grac

assistante scénographie Lou Chenivesse

costumes Suzanne Veiga-Gomes assistée de Cécile Box

stagiaire costumes Jovita Negro

lumières Pauline Guyonnet

dessins Guillaume Compiano

assistanat à la mise en scène Pierre-Louis Laugérias

administration Alain Rauline

diffusion En votre compagnie - Olivier Talpaert 

À la façon d’un kaléidoscope, Data Mossoul met en scène une ingénieure du web privée d’une partie de sa mémoire, un bibliothécaire collectant les écrits d’anonymes, une archéologue à Mossoul sauvant des tablettes d'argile millénaires des destructions de Daesh et le roi-scribe assyrien Assurbanipal. Évoluant dans ces strates de géographies, d’époques et de civilisations, ces quatre personnages sont liés par la notion de conservation des récits et de transmission de l’Histoire. Avec, en filigrane, la figure de Gilgamesh, roi mythique sumérien dévoré par le désir de trouver l’immortalité et héros du premier récit de l’histoire de l’humanité.

Data Mossoul interroge la puissance de l’écriture dans son rapport à l’intime, mais aussi à la mémoire, aux civilisations, au temps, à l’autre, à la vie, à la mort et à l’absence. La confusion entre informations et vérité, la prolifération des images, le cheminement vers ce qu’on pourrait appeler une privatisation de la mémoire sont autant de thèmes brûlants que Joséphine Serre explore dans les méandres de ce voyage sur l’écriture, ou la réécriture de l’Histoire.